Accueil    Espace ACTU'     La Prem' Hier    Ailleurs    Roly    Chansons    Totemoscope    Trombinoscope    Livre d'Or    Cont@ct

 

Plus on est de fous, plus on rit,
ou pas…


    Malgré le nombre peu élevé de louveteaux, on peut dire que, cette année encore, le camp de Pâques était une vraie réussite ! En effet, comme il arrive souvent, nous étions dans le creux de la vague, et il y avait peu d’enfants.

    Le camp a débuté avec le traditionnel accueil des loups à la gare de Charleroi, suivi de la encore plus traditionnelle marche Mariembourg – Roly. Nos sept loups sont donc partis très motivés de la gare de Mariembourg, pour arriver presque secs à notre chère maison de Roly, malgré la pluie. À peine arrivés, ils se sont installés, puis ont été jouer dans les bois le temps que les chefs mangent. Ensuite, tous sont montés au lieu dit « Le Champ d’obus » afin d’apprendre à construire une vraie tanière solide et à faire de bons nœuds (brelage,…). Akéla a eu le projet fou de vouloir faire une tanière en profondeur. Mais tout le monde sait qu’impossible n’est pas louveteau. Ce fut donc avec joie que trois-quatre heures plus tard (juste avant l’arrivée de la pluie), nous vîmes notre œuvre achevée, prête à affronter les intempéries. Il était déjà temps d’aller souper. Rama et Filou nous avaient préparé de délicieuses pâtes carbonara. On en redemanderait encore. La journée se finît plus calmement avec un casino et une histoire des chefs afin d’endormir nos chers bambins déjà très fatigués.

    Mardi, après une petite gymnastique bien utile pour réveiller tout le monde, et un bon déjeuner tartines au chocolat et cacao chaud, nous sommes tous montés terminer les quelques finitions de notre tanière et faire un football loups contre chefs. Le score fut très serré ; et ce fut sur un 9-10 pour les chefs que nos champions arrêtèrent pour aller faire une charge de bois pour le barbecue. Le temps qu’ils préparent leur pique à saucisse, les braises étaient bonnes pour commencer à cuire notre repas. Et ce fut sous un soleil radieux que nous avons tous dégusté nos pains saucisses-compote avec une myriade de sauces. Après une petite sieste au soleil, nous avons tous repris notre match où il en était, et avons arrêté au score de 20-18 à l’approche du coucher du soleil. Après un simple mais délicieux souper (sandwiches jambon-fromage, salades, tomates), les loups ont pu regarder un film (grand privilège du camp de Pâques), et leur choix s’est posé sur Madagascar. Après cela, ils sont allés s’habiller chaudement pour participer à un jeu de nuit dont ils se souviendront encore longtemps.

    Mercredi, après la gym et le déjeuner, un peu de rangement s’imposait dans le dortoir. Une fois cette petite corvée passée, tous les loups se sont réunis dans la salle pour apprendre à préparer une veillée. Une petit dîner rapide et nous voilà tous parti pour faire une marche à l’azimut, afin d’apprendre aux futurs scouts à utiliser une boussole. Après 200 mètres, premières difficultés : comment traverser une rivière de 2m de large et de plus d’1m50 de profondeur ? Nous n’avons reculé devant rien pour arriver de l’autre coté de ces champs et de cette forêt : bataille de bouses, traversée du bois sans voir l’horizon, traversée de champs sous eau du début à la fin. Nous avons fini par retrouver la route, et à retrouver le chemin de la maison, tout en passant par le bois surplombant Roly et le « champ d’obus ». Rentrés de cette expédition, nous avons eu droit à de délicieuses crêpes préparées avec amour par notre cher Akéla. Après un peu de repos et quelques jeux dans les bois, nous avons mangé des raviolis, puis les loups nous ont invités pour une veillée de feu. Après cette journée éprouvante et cette belle veillée, nous sommes tous allés dormir en pensant que le lendemain déjà il faudrait tout ranger pour rentrer chez soi.

    Jeudi, nous avons donc tout rangé et tout nettoyé avant l’arrivée des pio’s de Loverval. Puis, nous sommes allés jouer dans la cour de l’école de Roly. Au programme : foots, massacres au carré, tomates,… Et la grande surprise du camp : dîner mitraillette pour tout le monde. Vînt déjà l’heure des au revoirs. C’est donc le cœur en joie et le corps quelque peu fatigué que nous nous sommes quittés. Comme d’habitude, tout s’est bien déroulé. Mais peut-être dans une ambiance plus conviviale cette fois vu le faible nombre d’enfants. Celui-ci a pu jouer en faveur de l’amitié, de la cohésion du groupe. Les chefs se sont ainsi sentis beaucoup plus proches des louveteaux.

    Sur ces mots, je vous souhaite à tous une bonne fin d’année. Et vivement le camp de juillet.

Pour la meute,
Sahi,
Indri kibboutz,
(Thibault Weverbergh)



Accueil    Espace ACTU'     La Prem' Hier    Ailleurs    Roly    Chansons    Totemoscope    Trombinoscope    Livre d'Or    Cont@ct