LES PIEDS DE MA SŒUR

 

 

On a chanté, le printemps, la fauvette

Le rossignol et le merle chanteur

On a chanté Roméo et Juliette

Les belles marquises et les barons sans peur

On a chanté l’amour, la poésie

Les yeux de Jeanne et les ch’veux de Julie

On a chanté………..

Tout ça n’vaut pas (bis)

Tout ça n’vaut pas, les pieds ma sœur

 

Ma sœur est grande et sa voix est divine

Sa gorge est ronde et ses doigts potelés

Chacun admire sa taille longue et fine

Mais, qu’en aux pieds, personne n’veut en parler

J’ai déjà vu bien des pieds sur la terre

Des pieds de choux, des pieds de pomme de terre

J’ai déjà vu les pieds du vieux facteur

Mais tout ça n’vaut pas

Tout ça n’vaut pas

Les pieds d’ma sœur

 

Au Sahara, ce grand désert de sable

Ma sœur et moi, nous avons voyagé

Sa compagnie m’était fort agréable

J’en appréciais toute l’utilité

Combien de fois, sous cette chaleur torride

Mon petit corps d’eau était très fort avide

Je m’abritais, olala quel bonheur

A l’ombre des pieds,

A l’ombre des pieds, des pieds d’ma sœur

 

Un beau jeune homme l’a demandé en mariage

…………………………….

Assis prés d’elle,tout comme selon l’usage

Ca m’amusait de les voir se regarder

Quant, tout à coup,il dit avec surprise

En d’ssous d’la table, il y a comme des valises

Hélas lui dis-je, Hélas que non que non

Hélas ce sont les pieds d’ma sœur

 

;

;

;;

;

…………………..au d’ssus du parfumeur

C’est là qu’habitent

C’est là qu’habitent les pieds d’ma soeur